Objectif 8

 

Objectif 8 : Nouveaux défis environnementaux

Répondre aux nouveaux défis : changement climatique, ondes, perturbateurs endocriniens, nanomatériaux

Les acteurs et les citoyens se sont fortement approprié certaines thématiques de santé environnement : la qualité de l’air, de l’eau, ou plus récemment l’urbanisme… Néanmoins, d’autres enjeux, qu’ils soient « émergents » ou non, s’amplifient et méritent une attention dans le cadre du PRSE 3. Qualifiés de « nouveaux défis », même si leurs effets sont prégnants depuis plusieurs années, ils ont été regroupés au sein d’un seul objectif qui sera certainement le plus évolutif du PRSE 3. Parmi ces défis, ont été identifiés le changement climatique, les ondes électromagnétiques, les perturbateurs endocriniens et les nanomatériaux.

Changement climatique

Le déréglement climatique influe sur les déterminants sociaux et environnementaux de la santé : air pur, eau potable, nourriture en quantité suffisante, sécurité du logement… Le développement de mesures de prévention est indispensable pour réduire les impacts sanitaires des évolutions déjà observées du climat et limiter l’amplitude du réchauffement et donc ses impacts futurs.

Ondes électromagnétiques

Les radiofréquences constituent un objet de préoccupations sanitaires et environnementales depuis plusieurs années en France et à l’étranger. Cette question suscite des inquiétudes relatives à leurs impacts sur la santé. Ils sont sujets à controverse, qui se sont focalisées dans un premier temps sur les lignes à haute tension et les antennes relais des téléphones mobiles.

En 2011, le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) a classé les radiofréquences comme « possiblement cancérogènes pour l’Homme ».

Les inquiétudes sont renforcées par les mutations permanentes des applications des technologies sans fil utilisant les radiofréquences : les usages des terminaux mobiles se transforment, des nouvelles technologies apparaissent (Bluetooth, WiFi, Wimax, quatrième et cinquième générations de téléphonie mobile (4G et 5G), objets connectés). Cependant, il n’est pas toujours possible d’observer ou d’anticiper avec précision l’impact de ces évolutions sur l’exposition de la population générale ou professionnelle.

Perturbateurs endocriniens

Les conséquences potentielles de l’exposition à des perturbateurs endocriniens font partie des risques émergents avec des enjeux environnementaux. Ils peuvent interférer avec le fonctionnement normal du système hormonal et ainsi avoir des effets nocifs sur la santé humaine, animale et la biodiversité. Il en existe de nombreux, aussi bien dans l’environnement quotidien que professionnel : produits chimiques synthétiques, hormones de synthèse, traitements médicamenteux…

Plusieurs affections sont suspectées d’être en lien avec une exposition : certains troubles de la fonction de reproduction féminine et masculine, certaines malformations et troubles de la maturation et du développement, des troubles du comportement, certains cancers, certaines pathologies intra-utérines, une altération du système immunitaire… Au gré des études et des liens établis entre substances et effets sur la santé, des règlementations voient le jour.

Nanomatériaux

Les nanomatériaux sont des matériaux dont l’une des dimensions ne dépasse pas 100 nanomètres (soit 10–7mètre). Les connaissances sur leur toxicité demeurent lacunaires. Les expositions humaines concernent celles du consommateur mais aussi celles des travailleurs sur les lieux de travail. Dans ce contexte d’incertitudes, l’ANSES (L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a émis un certain nombre de recommandations.

Des enjeux intégrés aux politiques publiques

Pour tous ces domaines, il a été décidé que l’objectif d’amélioration des connaissances scientifiques ne relevait pas du niveau régional, mais plutôt du niveau national, européen et au-delà. En revanche, l’information de la population et des professionnels a été considérée comme essentielle, ainsi que la mise en place d’actions innovantes sur le territoire breton. En outre, il revient au PRSE 3 de favoriser la prise de conscience des effets sur la santé liés à ces risques « émergents », plus spécifiquement par les décideurs. Ceci permettra leur prise en compte dans les différentes politiques concernées.

Les actions-cadres déclinées pour cet objectif lié aux nouveaux risques environnementaux sont les suivantes :

A. Diffuser et partager l’information sur les nouveaux défis "santé environnement"
B. Engager des actions, innover, expérimenter, en fonction de l’état des connaissances sur les nouveaux défis "santé environnement"

 
 
S'abonner Se désabonner
Action-cadre 8-A

Diffuser et partager l’information sur les nouveaux défis "santé environnement"

 
Action-cadre 8-B

Engager des actions, innover, expérimenter, en fonction de l’état des connaissances sur les nouveaux défis "santé environnement"